Warning: strstr(): Empty needle in /web/massageosensaqu/www/inc/log.inc on line 235
Massages ô sens Aquitaine
  
   
Prestations
Calendrier
Visites

 34388 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Mon blog -


Communiquer avec son bebe autrement  -  par sylvie

Communiquer avec son bébé autrement.

salon baby 145.jpg

 Pour en savoir plus sur les bienfaits du massage Parent-bébé, je vous invite à lire l'article ci-dessous écrit par Christel Proudhon

Masser son bébé, un dialogue sensoriel

Masser son bébé est un moment de plaisir partagé : après une courte relaxation, maman ou papa se prépare à toucher avec attention son petit, et avec sa permission. Moment de découverte réciproque, d'ajustement au rythme de cet être naissant. Il participe en indiquant ses préférences : pression, vitesse, partie massée. Il exprime son plaisir par de multiples signes, les yeux accrochés à ceux de son parent tant la stimulation est intense et parfois submergeante. Les mains ralentissent, voire marquent une pause - toucher immobile. Les mains enveloppent pour donner de la sécurité par un toucher « contenant », le temps que bébé intègre, se réorganise intérieurement. Il signale qu'il est prêt, les mains glissent de nouveau, sculptant son petit corps. La peau transmet l'information au cerveau qui construit une représentation de ce corps, première ébauche du moi, le distinguant du corps de maman.

La circulation sanguine accélère, amenant de la chaleur, le système digestif s'active, désencombrant le côlon, la respiration devient plus ample, le cerveau secrète l'ocytocine, l'hormone de la détente. Bébé se relaxe au point de s'endormir, après cette vague de stimulations dosées par un parent à l'écoute des signes. Le « dialogue sensoriel » dure de quelques minutes, avec un nouveau-né, à 30-45 minutes, avec un bébé de 5-6 mois massé régulièrement. Ensemble, ils construisent une complicité durable, une confiance basée sur le respect du ressenti du bébé, sur le plaisir partagé, source d'un attachement avec un fort sentiment de sécurité.

Le parent n'est-il pas lui aussi massé en retour par le corps de son bébé ? L'ocytocine, hormone de l'amour(1) , relaxe le masseur, permettant plus d'acceptation de ce bébé parfois si différent de celui imaginé.

Un parent valorisé par un bébé souriant, détendu à l'issue du massage, se sent plus compétent, a envie de renouveler l'expérience gratifiante, construisant de nouveaux réseaux neuronaux. Et quand bébé pleure ? Ce n'est plus l'heure ! Bébé détournera le regard, puis la tête, puis tout le corps pour dire : « Pouce ! J'ai besoin d'une pause ». Bébé ne peut pas être en permanence dans l'interaction avec un autre, même son parent. Autoriser ses retraits, c'est apprécier et approuver sa personne sans penser du mal de soi. Il est si tentant de s'attribuer un jugement : « Il n'aime que je le masse, je dois mal faire, je ne suis pas bon parent... ».

Être accompagné dans cette découverte par une personne formée, sensible à laisser toute la place au parent, va renforcer la confiance en soi. Les ateliers de massage bébé offrent un cadre rassurant pour oser, observer, s'adapter aux réactions de son bébé. Être guidé à trouver son geste progressivement, chez soi ou avec d'autres parents, permet de se sentir moins seul, de lutter contre la dépression après l'accouchement et offre la possibilité de se faire de nouveaux amis non virtuels.

Masser son bébé, est-ce un phénomène de mode ou bien y a-t-il une raison plus profonde ? Du point de vue de l'évolution de notre espèce, pendant des centaines de milliers d'années, les Homo (habilis, erectus, sapiens) se sont développés agrippés au corps de leur mère. La nature a équipé bébé, dès la naissance, de la capacité à « s'attacher », garantissant la survie de notre espèce.

Une étude coréenne montre que les bébés occidentaux passent 67 % de leur journée sans contact physique, contre 8 % dans les sociétés traditionnelles. C'est donc très récent dans l'évolution humaine que les bébés ne sont plus en contact quasi permanent avec le corps d'un adulte. Les bébés sont sous pression pour s'adapter physiologiquement, cellulairement. Le massage s'inscrit comme un répit. L'ocytocine générée est un antidote naturel au stress. Alors, si tous les bébés étaient massés dans leur première année de vie, y aurait-il moins de dépression chez le futur adulte, moins de troubles psychosomatiques, une meilleure base de l'estime de soi ? Développerait-on alors une société avec plus d'empathie?

(1) Ocytocine: hormone de l'amour, K. Uvnas Moberg, éd. Le Souffle d'Or, 2006.

Christel Proudhon, biologiste, chercheur, formatrice d'instructeurs avec l'Association Internationale en Massage pour Bébé. http://www.massage-bebe.asso.fr/

Reflets N°10 – trimestriel – décembre 2013 - http://www.revue-reflets.org/

Publié le 13/03/2015 @ 15:34   Tous les billets  Prévisualiser...  Imprimer...  Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques
Derniers billets
20/07/2014 @ 15:58
La saison d'été ...
07/05/2014 @ 19:08
Une pause ...
Archives
12-2017 Janvier 2018 02-2018
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31